CHEVAL PASSION 2016

pt_DSC_0369.JPG

Vous pourrez nous rencontrer à Avignon du 20 au 24 janvier 2016 à l'occasion de la 31ème édition de CHEVAL PASSION, nous présenterons deux chevaux de l'élevage

JERKA DE LUZE

pt_P1010121.JPG













Fille de VALERIA D'ATELA et d'ASTERIX D'ATELA

la petite dernière

JAVA DE LUZE

pt_P1010119.JPG









fille de CHUVA et d'ASTERIX d'ATELA

LE LUSITANIEN AUSSI CHEVAL D'ATTELAGE

pt_valia1.jpg

VALIA DE LUZE a l'attelage elle est a vendre

produits d'ASTERIX

pt_asterix+poulains 3ans 001.jpg

ASTERIX D'ATELA il a deja produits 22 poulains .les plus vieux ont 4ans et sont tres prometeurs n'hesitez pas a nous contacter et venir les voir






















BEAUCAIRE 2012

pt_photos beaucaire 012.jpg

AZULEJO DE LUZE


  un podium pour azulejo 5e classe males de 2 ans








CHEVAL PASSION 2012

pt_Photo 419.jpg

En janvier AVIGNON est devenu la capitale du monde équestre.Nous y étions avec deux poulains,AZULEJO

 DE LUZE male de 20 mois,et AROUSSA DE LA MUSSE femelle de 20 mois egalement



pt_la roche 2011 003.jpg


pt_gifsaut.gif


AVIGNON cheval passion 2010

pt_valegio valia 105.jpg

pt_les hayes.jpg

pt_gif99.gif

pt_golega 369.jpg

GOLEGA

pt_golega 268.jpg

Nous y etions

Au Portugal, c’est pour la fête de la Saint Martin, le 11 novembre, que Golega devient la capitale du cheval Lusitanien. Pendant une semaine se côtoient deux mille chevaux et six cent mille visiteurs venus du monde entier.
Autrefois c’était une foire aux bestiaux, ovins, caprins…les Espagnols y venaient pour vendre des mules et acheter des chevaux.
Au temps de la révolution des Œillets, cette foire a failli disparaître, mais les Espagnols ont continué à acquérir à bas prix les meilleurs spécimens, ce qui a permis de sauvegarder la race du cheval Lusitanien. Puis petit à petit les Portugais se sont de nouveau passionnés pour leurs chevaux et Golega est redevenue la grande foire qu’elle était et même encore plus grandiose.
C’est pendant ce rassemblement que cavaliers, éleveurs, toreros et amateurs observent les jeunes chevaux essayant de trouver l’animal qui leur conviendrait le mieux. Toutes les grandes familles d’éleveurs de chevaux dressent leurs maisonnettes en bois (pavilhoes) autour de la place, où sont invités amis et clients pour observer les chevaux parfaitement toilettés, placés autour de ces pavilhoes tout en mangeant et buvant, sans oublier l’odeur parfumée des châtaignes grillées.
Toute la journée, d’innombrables cavaliers, et attelages en tenues traditionnelles, enchaînent de nombreux tours de piste au centre de la place et jusque tard dans la nuit, les chevaux sont d’un calme déconcertant. Cavaliers et éleveurs tentent ainsi de montrer les capacités de leurs montures avec passages, piaffer, appuyés…plus ou moins réussis !
Derrière toute cette agitation, on peut trouver encore dans de splendides cours et jardins intérieurs des chevaux soigneusement présentés.
Niché entre les anses du Tage et entouré de campagnes fertiles, c’est ainsi que vit Golega à la « Feira de San Martinho » minuscule village le reste de l’année, loin de toute agitation.

On discute affaires dans le PAVILHOES

pt_golega 365.jpg

Attelage

pt_golega 206.jpg

Cavalier

pt_golega 230.jpg

Pavilhoes

pt_golega 237.jpg

Cour interieure

pt_golega 222.jpg

gif18.gif

Première race étrangère en France
En France, Michel Henriquet était le pionnier de sa redécouverte et contribua fortement à sa large diffusion. Actuellement, le Lusitanien est la première et la plus importante des races étrangères reconnues ! Depuis le 01/01/1988, il est répertorié sur le "Registre Français des Races Etrangères de Chevaux de Selle". La France possède donc le seul stud-book au monde à être indépendant : celui-ci est géré par le S.I.R.E, en relation avec l' : "Association Française du Cheval Lusitanien" [A.F.C.L], seule association agréée par les Haras Français et Portugais. Les Lusitaniens peuvent ainsi s'inscrire dans les épreuves officielles, sur la liste AE réservée aux chevaux étrangers. A partir de l'âge de 3 ans, les reproducteurs sont enregistrés au S.I.R.E mais seulement après passage devant une commission spéciale - composée de deux Français et d'un Portugais - lors d'une "confirmation" pour les femelles et d'un "concours-épreuve", où ils sont présentés en main et sous la selle, pour les étalons : l'inscription au " Livre des Naissances", selon les origines, n'est en effet pas suffisante pour signifier l'aptitude à la reproduction des sujets. Le Championnat de France de la race a lieu en juillet a Baucaire en Pays d'Arles...
Actuellement, c'est plus de 2.000 Lusitaniens qui stationnent sur notre territoire - avec une concentration particulière dans le sud puis le centre - dont quelques 500 poulinières. Le S.I.R.E enregistrait 210 naissances en 1995 et 302 juments saillies en 1996. L'élevage français est donc très florissant : il représente 1/5 ème de l'élevage portugais

golega 174.jpg

LE CHEVAL LUSITANIEN

CHEVAL DE NOBLESSE ET DE TRADITION


Race Portugaise de prestige, le Pur-Sang Lusitanien, appelé aussi le lusitano, est originaire des provinces du Ribatejo et de l’Alentejo au Portugal.
Considéré pendant des siècles comme l’archétype du cheval baroque, brillant à la guerre, en tauromachie et en haute école, son influence sur l’équitation et les races équines est colossale.
Ces quelques mots résument les qualités du pur sang lusitanien : « noblesse, beauté, souplesse, équilibre, maniabilité, rusticité ».
Son caractère présente un atout majeur : noble, fougueux, courageux, fin et néanmoins proche de l’homme, docile, sociable, apte à l’apprentissagThe Lusitanian pure-breed originates from the Ribatejo and Alentejo provinces in the country of Portugal.

It was superb at war and still is at corrida work and high level dressage ("haute école"). Its qualities of nobility, beauty, suppleness, balance, maniability and rusticity have influenced all aspects of modern horse riding to a large degree.



Le célèbre Maitre Nuno OLIVEIRA a fait connaître et apprécier cette race dans le monde entier.En tauromachie des cavaliers espagnols prestigieux tel que Alvaro DOMECQ, Manuel VIDRIE, Pablo MENDOZA l’on utilisé.
Sous la selle de John WHITAKER, NOVILHEIROétait le cheval ayant accumulé le plus de gains en concours hippique en Grande-Bretagne en 1983.
En attelage, les Lusitaniens triomphent désormais sur la scène internationale : après avoir été champion du monde à Waregem en 1996, l’attelage à quatre chevaux mené par Félix Brasseur est à nouveau champion du monde à Aix- la –Chapelle en 2006.
Sa présence est aussi très remarquée dans le monde du cinéma, du spectacle, du cirque.
Ce cheval polyvalent est aussi un excellent compagnon de randonnée.
Les qualités de ce cheval sont multiples. Docilité, endurance, rusticité, souplesse, mobilité, sont en effet des aptitudes recherchée depuis des siècles par les éleveurs afin d’obtenir une monture franche, soumise et courageuse, capable d’affronter avec brio le taureau dans l’arène.
Elevé en vase clos sans apport de sang autre qu’ibérique, le cheval lusitanien est un pur sang (Le stud-book du Pur sang Lusitanien fut créer au Portugal en 1967).

On distingue 4 grandes lignes de sang :
Deux d’état : L’Alter Real et la Coudelaria National
Deux d’origine privée : L’Andrade et Le Veiga

LE PUR SANG LUSITANIEN
[Extrait de Cheval Magazine : "Le Pur-Sang Lusitanien, ancienne race... d'avenir !" - n°308, Juil.1997, p.58-61].

Joyau de l'élevage portugais depuis des siècles, archétype du cheval baroque, excellant à la guerre, en tauromachie et en Haute Ecole, élu des princes et des écuyers de la Renaissance au XIXème siècle, améliorateur universel de races, le Pur-Sang Lusitanien a joué un rôle immense dans l'histoire équestre. De nos jours, grâce à ses qualités multiples, il connaît un renouveau fulgurant, s'intégrant très bien dans notre contexte du cheval de loisirs et s'illustrant brillamment dans diverses disciplines sportives modernes telles le dressage, comme il l'a prouvé avec Catherine Henriquet-Durand, ou l'attelage puisqu'il obtenait le titre de Champion du Monde 1996 avec Félix Brasseur ! Il a donc enfin retrouvé ses lettres de noblesse longtemps perdues...

Race antique de la Lusitanie
Le Lusitanien existe dans le sud de la Péninsule ibérique au moins depuis -1000 ans av. J.C et même probablement depuis le XIIIème ou XIIème siècle av. J.C (voire depuis le Paléolithique selon certains). Il est de même souche que le cheval de Pure Race Espagnole [P.R.E], avec lequel il a parfois été englobé sous le terme d'Andalou ou de cheval Ibérique. Il reçut d'ailleurs encore du sang espagnol au début du siècle par de nombreuses importations de sujets des plus pures castes andalouses, en particulier de type "Cartujano" [chevaux Chartreux]. Le terme "Lusitanien" naissait en 1966, lors de la création de son stud-book et donc de sa scission officielle d'avec le P.R.E. Officiellement nommé "Pur-Sang Lusitanien" depuis 1990, il doit sa dénomination à une antique province romaine, la "Lusitanie" qui comprenait principalement l'actuel Portugal.

Apogée, Déclin puis Renouveau
Dès l'antiquité, il devait asseoir sa réputation mondiale grâce à ses incomparables talents guerriers. Tous les auteurs ayant décrit les durs combats livrés vantent les extrêmes qualités des chevaux des cavaliers Ibères qui leur permettaient de pratiquer une équitation particulière, nommée équitation à la "Gineta" - à la "Genette". Ce type de monte, dont dérive l'actuelle tauromachie, exigeait une incomparable mobilité face à l'ennemi, les pirouettes, les arrêts et les départs les plus foudroyants...
Brillant en Haute Ecole à la Cour portugaise du temps de sa splendeur, en particulier au XVIIIème siècle, il affirmait aussi sa bravoure lors des "Touradas" [Corridas Portugaises à cheval]. En 1790, le traité intitulé "Luz da Liberal e Nobre Arte da Cavalaria"de Manõel Carlos de Andrade, consacré au célèbre Marquis de Marialva, illustre magnifiquement les qualités des superbes chevaux du Manège Royal de Lisbonne et le goût portugais pour l'art équestre classique. Comme son cousin espagnol, il fut alors exporté partout sur le globe, notamment en Angleterre et en Amérique, imprégnant de son sang de nombreuses races équines [cf.Cheval Magazine, n°284].

Au XIXème siècle, avec la mode des nouvelles disciplines équestres, le Lusitanien perdait son hégémonie mondiale. Mais heureusement, au Portugal, les gentilshommes continuèrent l'équitation classique et la "Tourada", assurant ainsi sa pérennité.
Depuis une trentaine d'années, le Lusitanien réamorce une flambée assez spectaculaire dans son pays et dans le monde entier. Au Portugal, la Haute Ecole connaît toujours un vif intérêt, renforcé par l'influence du Maître Nuno Oliveira puis de l'Ecole Portugaise d'Art Equestre, école née en 1979 et maintenant très renommée, qui utilise les fameux chevaux Alter Real, sous-race de robe baie, provenant de l'ancien haras Royal d'Alter-do-Chão [cf. Cheval Magazine n°274]. Les traditions persistent où "Touros" et Lusitaniens représentent encore le symbole vivant du Ribatejo et de l'Alentejo, ses berceaux d'élevage. Sans eux, les célèbres "Feiras" portugaises de Golegã et Santarém perdraient leur authenticité... En 1986, un nouveau pas était franchi avec la création du Festival International du Pur-Sang Lusitanien qui se déroule à Lisbonne au mois de juin.
Au Portugal, le Stud-Book du Lusitanien est géré par l="Associação Portuguesa de Criadores do Cavalo Puro-Sangue Lusitano" [A.P.S.L], l'Association Portugaise des Eleveurs de ce cheval, aidée du "Serviço Nacional Coudélico", le Service des Haras Portugais qui dépend du Ministère de l'Agriculture.

Un type baroque mais ... fonctionnel
Le Lusitanien se caractérise d'emblée par sa noblesse, sa beauté, sa souplesse, son équilibre, sa maniabilité...
La noblesse s'exprime dans son regard et dans la fierté de ses attitudes. Toutes sont admises, mais la robe est le plus souvent grise, baie, voire bai-brune très foncée ou même encore isabelle, palomino, crème, alezane..; la crinière et la queue sont très fournies. Son modèle, de type baroque, est très typé, harmonieux, avec un profil de tête souvent subconvexe, une encolure bien sortie et une croupe arrondie mais assez inclinée. Sa taille moyenne avoisine les 1m60 mais la sélection actuelle tend à l'augmenter. Sa morphologie très spéciale [cf.Cheval Magazine n°271] lui confère des allures particulières, relevées, brillantes, énergiques et confortables. Il fait preuve d'un équilibre naturel exceptionnel, d'une extrême mobilité et souplesse, d'une maniabilité tout à fait hors du commun et d'une remarquable facilité pour le rassembler. Son caractère représente aussi un atout majeur : noble, fougueux, courageux et "fin", il demeure néanmoins docile et sociable et gentil, ce qui permet généralement de le conserver entier. Extrêmement rustique, sobre et fertile, doté d'une très bonne longévité, le Lusitanien est néanmoins tardif, n'achevant sa croissance que vers 7 ans.

"Touradas", Haute Ecole, Dressage...
Face au "touro", le courage, l'obéissance, la maniabilité... font la loi. L'ancestrale et constante utilisation du Lusitanien pour l'équitation de combat (guerre, travail du bétail avec les "campinos" et tauromachie) a façonné chez lui d'immenses qualités morales et fonctionnelles. Il fait preuve d'un "sens inné du taureau" : pour preuve, le cheval de João Núncio toréait seul, en totale liberté dans l'arène ! Alvaro Domecq avec "Opus-72", Manuel Vidrié sur "Neptuno" et tant d'autres célèbres "Cavalheiros em Praça" conquirent avec leurs Lusitaniens les "aficionados" du monde entier...
Merveilleux cheval de Haute Ecole, il se sublime dans les airs relevés nécessitant un rassembler extrême : passage, piaffer, levade... L'Ecole Portugaise d'Art Equestre avec ses superbes Alter Real, feu le Maître Nuno Oliveira avec "Euclides", "Beau-Geste" et "Soante", Michel Henriquet avec "Le Florido" et "Miguelista", Philippe Karl du Cadre Noir de Saumur avec "Odin" et "Verdi" et tant d'autres écuyers nous ont prouvé ses dons exceptionnels. Nuno Oliveira disait : * Ce sont nos chevaux, leur élasticité et leur équilibre qui m'ont formé.
Dans les épreuves officielles internationales de dressage, le Lusitanien amorçait son entrée avec Carlos Pinto et "Ripado". Puis, en France, après une brillante prestation aux Jeux Olympiques de Barcelone, Catherine Henriquet-Durand et "Orphée" étaient sacrés meilleur couple en dressage pour l'année 1993 ! Et "Spartacus" est venu assurer la relève.
N.B : De nombreux Lusitaniens participent actuellement aux concours officiels de dressage. Deux d’entre-eux ont même été labellisé dressage par France Dressage : il s’agit de "Dao de Courenne" de l’élevage Delgado et de "Duche" de celui de Dany Lahaye.

Champion du Monde 96 en attelage !
Au Portugal, la tradition de l'attelage s'était quasiment perdue. Après des premières compétitions nationales dans les années 1984-85, il faut attendre 1992 pour son début international. Mais, depuis 1994, il a atteint les sommets de la gloire grâce aux performances de l'attelage à 4 Lusitaniens de Mr De Mello, mené par Félix-Marie Brasseur (Belgique): après avoir été 4ème aux Jeux Equestres Mondiaux à La Haye en 1994, il gagnait le Trophée de l' : "International Award" de la F.E.I en 1995 et 1996 et finissait par être sacré Champion du Monde en individuel et par équipe à Waregem fin août 1996 ! Et lorsque l'on saura qu'au Championnat de La Haye, les deux timoniers n'avaient que 5 mois d'attelage à quatre, la volée gauche à peine 3 mois et la volée droite seulement 5 semaines d'entraînement..., on comprendra qu'il s'agit tout simplement d'un exploit incroyable !

Cheval d'extérieur, mais aussi Star des Salons
Et l'obstacle, me direz-vous ? Bien qu'il soit évidemment difficile de le comparer à nos grands Selle Français car il n'a jamais été sélectionné dans ce but, signalons que le Lusitanien fait preuve d'un "coup de saut" tout à fait honnête; et puis, il y a même eu des "cracks"! Ainsi, au Portugal, où les croisés Anglo-Lusitaniens sont très appréciés dans ce domaine, Apache, Lusitanien pur de 1 m 70, franchissant des obstacles de 1 m 85, fut considéré en 1957 et 1958 comme le meilleur cheval de jumping, gagnant ses adversaires internationaux. En Angleterre, après un brillant début de carrière en concours complet, "Novilheiro" était le cheval ayant accumulé le plus de gains en concours hippique en 1983 sous la selle de John Whitacker !
Très complet, le Lusitanien excelle aussi dans de nombreux autres domaines, notamment en équitation d'extérieur (randonnée, T.R.E.C, endurance), en horse-ball ou pour l'instruction. Vu sa beauté, sa fiabilité mentale, son intelligence et ses capacités d'apprentissage, il est particulièrement apprécié des dresseurs de cirque, des cascadeurs... et, en véritable star, il tient toujours lieu de vedette des grands Salons et Shows français.
Ainsi, le Lusitanien nous semble capable d'enchanter de nombreux cavaliers à la recherche de chevaux bien équilibrés, tant physiquement que mentalement, sociables et polyvalents.
Et ses récents exploits sportifs lui redonnent une dimension internationale, lui ouvrant tout grand les portes de l'avenir...

Ce qu'ils en pensent.
Félix-Marie BRASSEUR, Champion du Monde d'attelage :
Je m'en veux tout de même un peu d'avoir dû attendre 1994 pour découvrir le Lusitanien [...]. Très vite, j'ai compris que ces chevaux, que j'avais si longtemps sous-estimés sans les connaître, avaient en fait toutes les qualités des grands champions : la souplesse, la force, le courage, la vitesse et la confiance. En quelques mois ces chevaux ont fait des progrès inouïs. Eux seuls étaient capables de parvenir au meilleur niveau en un laps de temps si court.

George BOWMAN, Vice-Champion du Monde d'attelage :
Les Lusitaniens sont des chevaux d'avenir, on va en voir de plus en plus en attelage. Ils ont beaucoup d'action et de force, du tempérament et du courage. Ils sont aussi plus impressionnants à l'oeil, plus magnétiques. J'aimerais beaucoup mener un attelage de Lusitaniens au sommet dans un ou deux ans.

Olivia LEFEBVRE (ex LENOIR)
Docteur Vétérinaire

golega 337.jpg

cheval portugais.jpg

IL N’EST PAS FACILE D’ ETRE ELEVEUR
« En tant qu’éleveurs, nous avons trois possibilités : faire mieux que le hasard, faire comme le hasard, ou faire pire que le hasard ! »
Cette phrase du Dr Pedro Ferraz da Costa résume bien la complexité de l’elevage.Quel éleveur n’a pas fait un bon poulain et un moins bon, un crack et un très mauvais ? Quel éleveur n’a pas fait naître deux sujets oppose issus d’un même père et d’une même mère ? Hasard de la génétique !!!!

STANDARD OFFICIEL DU PSL
1-type : Pèse environ 500 kilos ; medio ligne ; formes arrondies ; silhouette pouvant s’inscrire dans un carre.
2-hauteur : La hauteur moyenne au garrot, a l’age de 6 ans, est de 1’55m pour les 3-robe : les robes les plus fréquentes sont le gris et le bai, dans toutes leurs nuances.
4-caractere femelles, et de 1’60m pour les males
: Le caractère est noble, généreux et vif, mais toujours docile et maniable.
5-Allures : Les allures sont agiles et élevées, se projetant vers l’avant, douces et d’une grande commodité pour le cavalier.
6-Aptitudes : Tendance naturelle a la concentration, avec une grande prédisposition aux exercices de haute école ; beaucoup de courage et d’enthousiasme dans les exercices d’étrier court (combat, chasse, tauromachie, maniement de taureaux….. ).
7-Tete : A tête est bien proportionnée,de longueur moyenne, fine et sèche,mandibules peu développe et joues relativement longues.Le profil est légèrement subconvexe, le front légèrement bombe, les yeux plutôt obliques,grands et vifs,expressifs et confiants.Les oreilles sont de longueurs moyennes,fines,minces et expressives.
8-Encolure : De longueur moyenne, rouee, étroitement attachée a la tête, l’encolure est épaisse a la base et insérée dans les épaules, sortant du garrot dans une dépression accentuée ;la crinière est fine.
9-Garrot : Bien détache et étendu, en une transition douce entre le dos et l’encolure, le garrot est toujours légèrement plus élevé que la croupe.Un peu empâte chez les males non castres, il est toujours bien détache des épaules
10-Le poitrail : De taille moyenne, le poitrail est profond et muscle..
11-Flanc : bien développe, le flanc est large et profond, court et plein ; les cotes sont légèrement arquées, insérée a l’oblique dans la colonne vertébrale
12-Epaules : Longues, obliques, les épaules sont bien musclées
13-Dos : bien dirige, a l’horizontale, le dos sert de trait d’union suave entre le garrot et le rein.
14-Rein :Court,large, muscle,légèrement convexe,le rein est bien attache au dos et a la croupe avec laquelle il forme une ligne continue et parfaitement harmonieuse..
15-Croupe : Forte et arrondie, la croupe est bien proportionne, légèrement oblique ; sa longueur et sa largeur sont de dimensions identiques ; le profil est convexe et harmonieux ; la pointe des hanches peu évidente, confère a la croupe une section tranversale elliptique.La queue est dans le prolongement de la courbure de la croupe. Les crins sont soyeux et abondants.
16-Membres : Le bras est bien muscle,harmonieusement incline.L’avant bras est bien d’aplomb et muscle.Les canons sont plutôt longs , secs, avec les tendons bien detaches.Les boulets sont secs volumineux et sans plis.Les paturons sont relativement longs et obliuques.Les sabots sont de bonne constitution et bien proportionnes,a talons pas très ouverts, et avec une couronne peu évidente .La fesse est courte et convexe.Lacuisse est musclée plutôt courte, dirigée de manière a ce que la rotule se situe a la verticale de la pointe de la hanche.La jambe est plutôt longue, la pointe du jarret se situant a la verticale de la pointe des fesses.Le jarret est large fort et sec.Les membres postérieurs pressentent des angles relativement fermes.

CONFIRMATIONS


La confirmation est une épreuve, quelque fois douloureuse, autant pour le cavalier, le naisseur que le cheval lui-même.

Pendant, 10 minutes, sous le regard inquisiteur de trois juges, le couple cheval/accompagnateur devra faire ses preuves.
Le but de la confirmation est de valider les qualités (Modèle et allures) des étalons et des juments prétendant à la reproduction en race pur.

La confirmation leur permettra de participer officiellement à la continuité de la race.

Si les produits ne sont pas confirmés ils reproduiront en chevaux de selle ou en origine non constatée
Qui peut y participer?


Tous les propriétaires de Lusitaniens présents dans le studbook. C'est-à-dire, ceux inscrits en France ou au Portugal au titre de la naissance. Les deux parents ayant été en leur temps confirmés
Conditions d'admission pour les juments


• Age minimum des juments : 3 ans
• N'ayant pas encore été sailli
• Certificat de bonne santé de moins de 10 jours
• Carnet de vaccinations à jour
• Carnet validé et carte d'immatriculation à jour

Si un produit prend un 4 ou deux 5, cela ne signifie pas que ce soit un mauvais cheval. Cela veut dire simplement qu'il présente une divergeance par rapport aux attentes du modèle standard.

Trop souvent les chevaux sont présenté très jeune (A partir de 3 ans) pour des raisons économiques évidentes.
Hors les chevaux, comme les humains évoluent durant leurs premières années.

Il faut laisser le temps au temps, même si ce n'est pas économiquement compatible



LA MONTE EN MAIN
________________________________________________________________________________________

Définition
Pour effectuer la monte, les étalons doivent être
préalablement approuvés (cf. Fiches Monte (1)
et (2)) et ainsi répondre à des conditions
sanitaires et génétiques pour que leurs produits
soient inscriptibles dans stud book ou registre.
L’éleveur a choisi, pour sa jument, l’un d’entre eux
dans un haras privé ou national.
La monte en main c’est le fait de faire s’accoupler
une jument et un étalon tenu à la longe (d’où
l’expression « monte en main »).
L’étalon et l’étalonnier
La compétence de l’étalonnier, sa parfaite
connaissance de ses étalons et sa rigueur dans
le suivi des harems sont des éléments
déterminants.
Certains étalons peuvent être surexcités,
notamment en début de saison de monte, et
l’étalonnier saura les tempérer. Un étalon trop
nerveux pourrait blesser une jument. L’étalonnier
est là pour guider en se faisant respecter, sans
brutalité.

Dans les techniques de reproduction, la monte en main garde une
grande part du nombre de saillies réalisées chaque année. Certaines
races n’acceptent que ce mode de reproduction pour l’inscription à
leur stud-book des produits à naître. Ce type de monte nécessite des
compétences et des connaissances de la part de l’étalonnier.
Un étalonnier calme fait un étalon calme.
_
La saillie
Dès l’arrivée au haras, l’étalonnier vérifie :
 l’identité de la jument (concordance avec
son document d’identification)
 son état général et sanitaire
 la réservation de saillie pour un étalon
donné (et la possibilité pour cet étalon de
saillir la jument considérée)
La jument est ensuite préparée
dans une barre :
 pose d’une bande de queue,
 lavage externe avec un savon antiseptique
de la région génitale,
 rinçage et essuyage (cf. fiche hygiène de
la jument).
dans le manège de monte :
 la jument est entravée ou chaussée aux
postérieurs de protections, ceci afin de limiter
les conséquences pour l’étalon d’une ruade
éventuelle.
.
Ne doivent être présentées à l’étalon que des
juments en chaleur. C’est un souffleur qui est
utilisé pour détecter les chaleurs des juments.
L’étalon peut être sollicité plusieurs fois dans une
journée. L’étalonnier saura gérer le nombre de
sauts (saillies). Afin de limiter le nombre de
saillies effectuées chaque jour par l ’étalon, le
suivi ovarien par échographie réalisé par un
vétérinaire peut s ’avérer nécessaire et est même
parfois imposé.

FAIRE SAILLIR UNE JUMENT

valia 015.jpg

La saison sexuelle
Le cheval est une espèce à jours longs, ce qui veut dire que les juments viennent en chaleur quand les jours rallongent. La période réelle s'étend du 15 mars au 15 septembre (avec un pic de fertilité en mai et en juin), alors que la saison de monte dans les Haras nationaux est du 15 février au 15 juillet. Cependant, certaines femelles peuvent être en activité ovarienne tout au long de l'année.


Le cycle sexuel
Chez la jument, il dure 21 à 22 jours et sa phase visible correspondant aux chaleurs (ou oestrus) dure 2 à 15 jours, (en moyenne 7 jours et demi) avec ovulation à 70 % pendant les 2 derniers jours. L'ovulation peut avoir lieu du 1er au 14ème jour des chaleurs.

Il va donc falloir détecter quand votre jument est en chaleur.

Pour le savoir, vous devez la tester

2 fois par semaine à partir du 1er mars si elle est vide
dès le 3ème jour après un poulinage
dès le 12ème jour après la fin des chaleurs précédentes

Les moyens de détection
La faire souffler par l'étalon ou un boute-en-train en approchant le mâle de la jument (attention aux coups de pied, les deux chevaux doivent être séparés si possible par une "barre") et en observant le comportement de la jument (queue qui se lève, urine, attitude campée, clignement de la vulve ...). Chaque jument a sa propre façon de se comporter quand elle est en chaleur.

On peut aussi détecter les chaleurs de juments vivant en liberté grâce à un étalon vasectomisé, donc stérile ou un hongre recevant des hormones mâles et dont on aura mis un harnais muni d'un marqueur laissant une trace quand la jument est chevauchée. Il est bien sûr nécessaire de surveiller pour amener la jument le jour même à l'étalon choisi.

Un spécialiste peut aussi vous dire si votre jument est en chaleur grâce à des examens comme la palpation des ovaires, l'échographie, les dosages hormonaux ou le vaginoscope qui permettent d'apprécier la taille des follicules, la sécrétion d'hormones ou l'aspect du col de l'utérus.

Certains moyens permettent de contrôler artificiellement le moment des chaleurs ou de l'ovulation. Il s'agit principalement de traitement hormonaux effectués par un vétérinaire.

Si l'on désire que le poulain naisse tôt, on peut avancer la date des chaleurs de la jument avec un traitement photoélectrique, c'est-à-dire en l'éclairant artificiellement à 200 watts par 30 m2 et à raison de 16 heures par jour pendant 70 jours (pas avant le 15 décembre ni après le 15 avril). Attention, si le traitement s'arrête, la jument reprend l'inactivité ovarienne de l'automne.


la saillie
Dès que les chaleurs sont détectées, faire saillir la jument toutes les 48 heures à partir du 2ème jour et jusqu'à la fin des chaleurs.


--------------------------------------------------------------------------------

Constater une gestation

Faites constater rapidement
la gestation de votre jument par
échographie
En moyenne seule la moitié des juments sont
gestantes après l’exploitation d’une chaleur,
l’échographie s’avère indispensable pour constater
rapidement la gestation.
Assurez-vous alors que votre jument est gestante ou
non pour exploiter la chaleur suivante.
Elle est aujourd’hui l’une des clés incontournables de
la réussite.
Les Haras nationaux mettent toute leur compétence
en matière de reproduction à votre service en vous
proposant de réaliser l’échographie de votre jument.
Plusieurs dizaines de milliers d’examens sont réalisés
chaque année par notre personnel technique.
L’échographie, pour les
diagnostics de gestation chez
les équidés, a été mise en place
en France par les Haras
nationaux il y a plus de vingt ans
Aujourd’hui, elle offre de multiples avantages :
- Confirmer une gestation dés le 14e jour et faire
re-saillir la jument si elle est vide ;
- Contrôler l’absence de jumeaux (non désirables
chez la jument);
- Vérifier en cours de gestation que votre jument est
toujours pleine.
Comment se passe
l’échographie de votre jument?
La jument peut être amenée au contrôle
échographique dès le 13e jour qui suit la fin de la
chaleur. L’examen transrectal, indolore pour la jument,
ne dure que quelques minutes. Il s’effectue dans une
barre de contention qui permet au manipulateur
d’échographe de travailler dans les meilleures
conditions.
Les Haras nationaux sont organisés en réseau.
Ils proposent ainsi un service échographique dans tous leurs centres techniqes























INSEMINATION ARTIFICIELLE



Cette technique est apparu pour les chevaux au début des années 80. Elle présente un réel avantage sur de nombreux points :

•En diluant le sperme, on peut l'utiliser sous forme de doses et augmenter ainsi le nombre de juments fécondées par le même étalon - entre 7 et 25 jument avec un seul prélèvement. On augmente donc le rendement moyen d'un cheval par 10.
•Les étalons passant moins de temps à la saillie, ils peuvent poursuivre plus facilement leur carrière de compétiteur en parallèle de celle de reproducteur.
•L'absence de contact direct entre l'étalon et la poulinière permet la quasi-absence de transmission de maladies vénériennes, telles que la métrite contagieuse.
•Les étalons prélevés étant systématiquement examinés médicalement et les poulinières ont un suivi gynécologique régulier, l'hygiène sanitaire est donc fortement améliorée et les résultats satisfaisants, d'autant plus que la dose de sperme est déposée directement au niveau du col de l'utérus, ce qui n'est pas toujours le cas en monte naturelle.
•La congélation du sperme permet, éventuellement, d'augmenter artificiellement la reproduction d'un étalon après sa mort ou sa castration.
Cependant, ces mêmes avantages ont un penchant négatif. En effet, on risque un appauvrissement génétique dû à l'utilisation excessive d'un nombre restreint d'étalon.

D'autre part, l'insémination en sperme congelé a encore des résultats inférieurs à ceux de la monte naturelle ou de l'insémination artificielle.

La réglementation concernant l'insémination artificielle est différente selon les pays et les races. En France, les étalons pouvant bénéficier de l'insémination artificielle doivent répondre à plusieurs critères pour obtenir l'agrément indispensable :

•être autorisé à la monte publique,
•faire partie d'une race autorisée à la monte en insémination artificielle,
•respecter la technique préconisée d'insémination artificielle,
•respecter le quota de juments prédéterminé.
L'autorisation à la monte publique est indispensable, quelque soient le mode de monte, pour avoir un poulain avec des documents d'origine et pour pouvoir faire faire des saillies à un étalon avec des juments n'appartenant pas à son propriétaire. Cette autorisation, délivrée par les Haras Nationaux, est annuelle et nécessite de remplir plusieurs conditions :

•faire partie d'une race reconnue,
•avoir l'âge nécessaire au moment de la monte,
•donner satisfaction aux critères de modèle, d'allures, de caractère et d'état de santé au dépôt d'étalons ou au cours d'épreuve de la race,
•faire la monte dans des locaux répondant aux normes sanitaires.
En ce qui concerne les critères de races :

•Les Pur-Sang ne peuvent bénéficier de l'insémination artificielle, sous toutes ses formes.
•Les Trotteurs Français peuvent en bénéficier depuis 1985, avec de la semence fraîche (insémination moins d'une heure après le prélèvement), pour un nombre maximal de 100 juments Trotteurs Français et 30 juments étrangères, mais les produits de ces dernières ne seront pas inscrits au stud-book du Trotteur Français.
•Les races de Selle peuvent en bénéficier que ce soit en sperme frais, réfrigéré ou congelé, pour 60 juments maximum et, éventuellement, 100 juments sur dérogation.
•Les chevaux Lourds Peuvent également en bénéficier sous toutes ses formes, depuis 1980, sans aucune limitation du nombre de juments.
Dans tous les cas, 2 règles sont à respecter, en France :

•Un étalon ne peut, sur la même saison de monte, pratiquer qu'une technique de monte, soit en monte naturelle, soit en insémination artificielle. Les étalons des Haras Nationaux sont les seuls à pourvoir déroger à cette règle.
•Il est obligatoire de procéder à des contrôles de filiation par la détermination des groupes sanguins pour tous les poulains nés par insémination artificielle.
Aux États-Unis, l'inséminations artificielle est couramment pratiquée, sauf pour les Pur-Sang pour lesquels elle est interdite. Chaque race a sa propre réglementation, certaines étant beaucoup plus libérale que d'autres, comme pour les Paso-Fino qui bénéficient de toutes les formes d'insémination, sans aucune limitation dans le transport du sperme et le nombre de juments par étalon.

L'insémination artificielle doit s'effectuer dans un centre agrée, qui peut regrouper 1 ou 2 fonctions :

•Centres de production s'occupant de la récolte, du conditionnement, du stockage, de la conservation.
•Centres de mise en place s'occupant du stockage, de l'insémination, de la récolte et de la mise en place dans l'heure et sur le site.
Un inséminateur professionnel a la responsabilité technique des centres de mise en place tandis qu'un chef de centre a celle des centres de production. Ils doivent être titulaires d'une licence qui est délivrée par le Ministère de l'Agriculture :

•La licence d'inséminateur est attribuée sur titre soit aux vétérinaires, soit aux titulaires de certificats d'aptitude qui sont délivrés par des centres de formation agréés.
•La licence de chef de centre est attribuée par le service des Haras Nationaux, soit aux titulaires de certificats d'aptitude délivrés lors de formations agréés dont le recrutement s'effectue soit sur titre pour les vétérinaires et les ingénieurs, soit sur contrôle des connaissances pour les techniciens supérieurs et les techniciens du Ministère de l'Agriculture.


Une préparation psychologique est nécessaire pour que l'étalon accepte de saillir facilement une jument ou un mannequin puis d'éjaculer dans un récipient en plastique, "le vagin artificiel". En effet, l'étalon est souvent perturbé au début et il lui faut un apprentissage en répétant les prélèvements dans le calme, avec u entourage compétent.

On recommande habituellement que les étalons prélevés pour l'insémination artificielle n'effectuent plus de saillie en monte naturelle, afin de ne pas risquer que l'étalon préférant cette dernière forme de monte ne devienne trop difficile à prélever. Il est vrai qu'on rencontre des étalons refusant cette forme particulière de monte tels que Ourasi, célèbre champion de course de trot, qui acheté à un prix très élevé à la fin de sa carrière de compétiteur refusait de monter les mannequins et, de plus, n'acceptait de saillir que les juments de certaines robes..., ce qui limita d'autant plus le nombre des naissances. Mais, aux dernières nouvelles, après une reprise d'un entraînement physique adapté, il est revenu à de meilleurs dispositions.

Si le prélèvement s'effectue à l'aide d'une jument en chaleur, elle doit être particulièrement calme et préparée comme pour la monte naturelle. Le vagin artificiel utilisé pour prélever le sperme est un récipient plastique de forme allongée, doublé d'une double paroi interne de caoutchouc qui est remplie d'eau tiède. À son extrémité, la semence se réceptionnée dans un récipient en verre stérile. Pour tenir l'ensemble lors du prélèvement, 2 poignées sont installées latéralement.

Le sperme est récolté par un technicien qui s'avance vers la hanche droite de la jument ou du mannequin après que l'étalon se soit mis en place pour éviter tous chocs avec les antérieurs de l'étalon et tous risque de lui faire peur. Le technicien doit alors dévier la verge vers le vagin artificiel, avant qu'elle ne pénètre celui de la jument dans le cas d'une monte naturelle. Les mannequins les plus perfectionnés sont équipés d'un vagin artificiel placée de façon à ce que l'étalon puisse saillir dans une position naturelle, sans qu'il soit nécessaire de dévier sa verge.


Lors d'un prélèvement, on recueille entre 20 et 150 ml. Les prélèvements varient en volume et en quantité de spermatozoïdes selon les chevaux et selon les prélèvements pour un même étalon. Pour chaque prélèvement, on mesure immédiatement et systématiquement la concentration et la qualité des spermatozoïdes. après ces analyses, on dilue le sperme dans un mélange à base de lait puis on le divise en doses qui doivent contenir chacun environ 400 000 spermatozoïdes.

L'utilisation de ces doses peut alors se faire, soit immédiatement sur le lieu-même du prélèvement, soit dans les 24 heures après réfrigération, soit après plusieurs mois ou années après congélation.


L'insémination s'effectue idéalement dans les 24 heures avant l'ovulation. La jument est donc suivi par l'échographie pour effectuer l'insémination quand le follicule est sur le point d'éclater. Un contrôle par échographie est effectué le lendemain, si le follicule est toujours intact, la jument n'a donc pas ovulé et elle est inséminée à nouveau. Il est ainsi nécessaire d'effectuer 2 à 3 inséminations par chaleur en début de saison de monte puis ce taux diminue légèrement dans la suite de la saison.

La jument devant être inséminée est préparée aussi soigneusement que pour une saillie. L'insémination artificielle est effectuée par un manipulateur ayant des gants stériles et qui injecte la dose de sperme dans l'utérus avec une sonde et une seringue, tous deux stériles



ALP' LUSITANO - chemin de servoules, la napolitaine - 04200 - SISTERON - FRANCE
Tel : 04 92 61 03 32 - Portable : 06 18 07 66 14 - Contact : info@eleveurs-de-chevaux-lusitaniens.fr

| Accueil | Les juments | Les etalons | produits a vendre | Le cheval Lusitanien | videos- liens |

Généré par WebOmatik v2 ©